La presse en parle

A VOIR

Stéphane Mercurio et Eric Jayat invités sur le plateau de 28 Minutes, le 5 avril 2018.

« L’univers carcéral est tellement méconnu, il y a tellement de stéréotypes que ce n’est pas très difficile de donner à voir et à entendre quelque chose d’autre. Les gens sortant de prison, on ne les entend jamais nulle part. »
Logo_28_minutes.svg.png

logo-arte.jpg

(à revoir sur 28 Minutes – Arte)


« Au moment de la sortie faut tout réapprendre, on a perdu la notion de tout parce que pendant 20 ans nous étions sur assistanat, je n’ai pas eu de préparation à la sortie, il a fallu tout réapprendre »
Eric Jayat, protagoniste du film Après l’Ombre.27545276_1720780141293377_8289520689053647281_n.jpg (à revoir sur France 3 Occitanie)

(L’émission de France Inter Dans le Prétoire de Charlotte Piret à écouter ici)

(L’émission de France Inter L’humeur vagabonde est à écouter ici)

(L’émission de France Inter Un temps de Pauchon est à écoute ici)

640_copie-de-f-inter.jpg


« Je savais avant de démarrer le projet qu’Après l’ombre allait être un film qui allait parler de prison et du travail de mise en scène de Didier Ruiz, ce que je ne savais pas c’est que ça allait être un film sur la confiance et sur le collectif » (Stéphane Mercurio)

(L’émission France Culture Une vie d’artiste d’Aurélie Charon à écouter ici)

103120_t6.jpg


« En réalisant un film qui prend le temps de les écouter, Stéphane tient la promesse qu’elle a faite un jour à un détenu rencontré au sein de la prison de l’Île de Ré : raconter à l’extérieur ce qu’elle a vu et entendu en détention. »

(L’émission France Bleu Femmes de Paname de Pia Clément à écouter ici)90535_t6


A LIRE

« D’un dispositif simple et ténu, Stéphane Mercurio tire un film juste
et d’une évidente portée politique. »

(à lire sur Le Monde)

« Allez voir l’homme au corps râblé qui refait en pleine nature les cent, les mille pas qu’il faisait dans la cellule.  (…) Voir l’homme longiligne raconter comment, parce qu’il était à l’isolement total, « la pénitentiaire » lui refusait des visites chez le dentiste, et ce qu’il en advint. Que les parlementaires qui vont bientôt débattre du projet de loi de programmation pour la justice aillent donc faire un tour avant dans les salles obscures. »

(à lire sur le blog des correcteurs du Monde.fr « Langue sauce piquante »)

le-monde-logo.jpg


« Au-delà de la force brute des témoignages d’Éric, André, Alain et Louis,
ce sont les stigmates de l’enfermement sur les corps et l’esprit que Stéphane Mercurio parvient à saisir avec sensibilité. »

(à lire sur La Croix)

la-croix-e1522226008369.png


« Le film ne milite que pour la dignité que l’on doit à tout être, même coupable,
qui se retrouve en prison. Il est simple, sobre et beau. »

(à lire sur Télérama)

telerama_nouveau-logo.jpg


« On a envie de pleurer, de se mettre en colère, on sourit dans les coins. Surveiller, punir, mais jusqu’où ? A quelles fins ? A l’heure où les prisons débordent, où les conditions d’incarcération briment l’humanité des détenus et des personnels pénitentiaires,
aux citoyens de faire œuvre. »

(à lire sur l’Humanité)Huma.gif


« Il suffit de quelques mots pour qu’on plonge dans une souffrance à long terme
rarement montrée et vertigineuse »

(la critique de Stéphane Delorme à lire sur Les Cahiers du Cinéma)

download.jpg


« Cette libération d’une parole longtemps muselée offre de beaux moments d’émotion que la caméra, empathique, enregistre à bonne distance. »

( à lire sur Première)
logo_rs.jpg


 

Le canard

logo-Canard-Enchainé

 


« Un film où s’enchaînent des récits poignants et où surgit enfin une petite lumière…
après l’ombre. »

(à lire sur Le Parisien)

logo-parisien.jpg


 

Politis

politis


« Du mitard à la scène.
Une bouleversante aventure humaine où les regards se croisent pour captiver le nôtre »

( à lire sur Siné Mensuel)

SINEMENSUEL


« Pour l’invitée Mercurio comme pour l’hôte Ruiz, il s’agit d’aménager un réceptacle pour une parole libérée ; mais plutôt que d’aligner sagement son dispositif filmique sur le théâtral, la cinéaste l’y superpose et y implante le point de vue cinématographique. »

(à lire sur Critikat)

critikat.jpg


« Travail nécessaire que de voir la construction de la mise en scène de Didier Ruiz, ces témoignages solennelles proposant une voix aux silencieux, qu’on n’écouterait pas.
Car il pose là un problème de société, l’ancien détenu peut avoir payé sa dette,
il restera pour l’opinion un criminel dont la parole n’a que peu de valeur. »

(à lire sur Doc Ciné)

logo_doccine-e1477307066627


« Des récits qui touchent, qui bousculent, qui révoltent aussi… qui interrogent chacun
sur son for intérieur et qui questionnent sur le système carcéral en général
. »

(à lire sur Le Blog Documentaire)le_blog_documentaire_logo.png


« Après l’ombre n’est pas seulement un documentaire bienveillant sur une réinsertion retrouvée, mais aussi un film subtil sur les rapports entre le théâtre et le vécu,
La compagnie des hommes procurant à ces hommes et cette femme une recomposition psychologique et sociale bien plus efficace que maintes analyses, en plus de leur faire côtoyer un univers qu’ils ne connaissaient pas. Mais la mise en abyme est à un double niveau, le 7e art venant s’immiscer à travers la caméra de la réalisatrice,
discrète mais présente »

 (à lire sur A voir à lire)avoiralire


Cette critique intelligente et sans langue de bois d’une institution à bout de souffle n’a d’égale que la douceur et l’humanité impressionnantes avec lesquelles ils content ces années douloureuses.

(A lire sur TSA Quotidien)

logotsa2petit_400x400.jpg


« Sous la lumière, ils partagent leurs histoires et font face à l’ombre qui est maintenant devant et derrière eux, comme un renouveau, une ouverture vers autre chose. « 

 

(article écrit par Les Lucioles du Doc à lire sur Basta Mag)

 

logo_www5.jpgsiteon0.png

« Nous devons nous interroger sur ce que l’enfermement produit. Et réfléchir sur le sens de la peine, sur les peines alternatives, sur l’individualisation des peines, sur le travail et la formation en prison, sur la transition et ce qui se passe « après l’ombre ».
( A lire sur Métis Europe)
1521474284_newwork-metis.png

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :