Le livre

Une longue peine

Le livre Une longue peine, reprenant les récits des cinq protagonistes de la pièce et du film est en vente aux Editions La passe du vent.

****

Ils sont restés enfermés pendant de nombreuses années. Ils ont vécu dans un autre monde, une autre société, avec d’autres règles.
Comment peut-on parler ensuite de ce voyage souvent honteux, souvent tu ?
Ceux que l’on nomme les « longues peines » nous font part de cette étrange parenthèse avec leurs mots, leur poésie, leurs émotions. Une longue peine, comment ça se raconte ? C’est étrange, ce mot qui signifie punition et chagrin en même temps.
Il y a ceux qui sont sortis mais il y a aussi celle qui a attendu dehors, la compagne, qui raconte son enfermement à elle. Comment tous ont été emportés par cet abîme de la disparition, du passage à l’ombre.
Sortir du silence, donner à entendre, ouvrir des portes, des espaces d’échanges et de réflexion.
Le théâtre est le lieu de la parole. De toutes les paroles. Le théâtre est le lieu du partage. Partageons avec eux. Leur présence sur le plateau, leurs paroles qui résonnent vers les cintres, leur dignité qui illumine le public. Regardons-les en face. Regardons-nous.

J’étais là depuis tellement longtemps. Là, depuis plus de six ans, à l’isolement, dans une cellule du rez-de-chaussée du bâtiment G de la prison Saint-Paul de Lyon, dans un endroit qu’on appelle là-bas le sous-marin (les journaux l’appellent aussi la Marmite du Diable). La cellule, huit mètres carrés, le long du mur un lit métallique rivé au sol, de l’autre côté une petite tablette scellée au mur, un tabouret, un lavabo, une cuvette de WC en faïence et une espèce de placard-étagère brinquebalant. Le plafond était très haut, trois mètres cinquante à peu près, et il y avait une fenêtre, à deux mètres quarante, avec un bord incliné pour qu’on ne puisse pas s’y accrocher. Par cette fenêtre, le soleil n’entrait jamais. C’était une exposition plein nord. Tout ce que j’apercevais, c’était un petit bout de carré de ciel gris au-dessus des toits…

 

À elle seule, l’homonymie du nom peine engendre un espace de réflexion, éthique et poétique. Il suffit par exemple de connecter le mot souffrance avec celui de condamnation. Ce qui n’a pas échappé à l’artiste, Didier Ruiz : « C’est étrange, ce mot qui signifie punition et chagrin en même temps ». Cette pièce occupe une place rare, sans précédent, sur le chemin artistique de ce metteur en scène. Tout comme pour le public, habitué ou non des salles de théâtre. […] Avec cette œuvre dramatique, Didier Ruiz réalise là sa pièce « la plus politique », dit-il. À l’image d’autres de ses créations (Dale recuerdos (Je pense à vous), 2014 comme possible…), le spectacle Une longue peine, construit sur la matière brute de la parole-témoignage, ouvre le champ à un récit théâtral spontané, en direct, et non retranscrit. Chaque soir, les « acteurs » disent avec leurs propres mots (sans jouer et non sans risque) leur vie de prisonnier de longue peine et l’après ! Texte libre et accroché au plus profond de ces êtres. […] Récits organiques, récits à multiples facettes, tendus et sur le fil du rasoir. C’est ici une mise en danger de la parole dramatique, hors pair. Au cours des représentations, le texte (qui n’existe donc que dans son oralité) est placé sous le signe d’une grande tension. Elle touche tout l’ensemble de la salle de théâtre, jusqu’au metteur en scène.
Élisabeth Naud, docteur en sciences esthétiques et technologie des arts, spécialité théâtre, enseignante à l’Université Paris 8, critique dramatique.

Avec André Boiron • Annette Foëx • Éric Jayat • Louis Perego.

Préface d’Élisabeth Naud. Postface de Bernard Bolze.
Photographies d’Émilia Stéfani-Law

Transcription et adaptation du texte du spectacle Une longue peine par la Cie des Hommes (Didier Ruiz) : Gwendoline Raisson.

Date de parution 01/2018
ISBN : 978-2-84562-315-6

104 p / illustré / 14 x 20,5 cm / 12 €.

Un commentaire sur “Le livre

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :